Le mouvement Emmaüs

Le mouvement Emmaüs

Préambule

Notre nom, Emmaüs, est celui d’une localité de Palestine où des désespérés retrouvèrent l’espérance. Ce nom évoque pour tous, croyants ou non croyants, notre commune conviction que seul l’amour peut nous lier et nous faire avancer ensemble.
Le Mouvement Emmaüs est né en novembre 1949 par la rencontre d’hommes ayant pris conscience de leurs situations privilégiées et de leurs responsabilités sociales devant l’injustice, et d’hommes qui ne possédaient plus de raison de vivre. Les uns et les autres décidant d’unir leur volonté et leurs actes pour s’entraider et secourir ceux qui souffrent, dans la conviction que c’est en devenant sauveur des autres que l’on se sauve soi-même. Pour ce faire, se sont constituées des communautés qui travaillent pour vivre et donner. En outre, des groupes d’amis et de volontaires luttent sur les plans civique et privé.
(voir plus bas « Fondation d’Emmaüs » pour plus de précisions sur les débuts du mouvement)

 

Originalité du mouvement

La rencontre d’hommes et de femmes de différentes situations, qui prennent conscience et qui s’unissent dans le travail en partageant des objectifs communs dans la lutte contre tous types d’injustice, en cherchant à ce que les pauvres soient les bâtisseurs de leur propre avenir.

  • Par une Communauté d’esprit, de vie, de travail, de solidarité
  • Par l’accueil et l’ouverture aux groupes et à toute personne en situation de précarité et d’exclusion, et aux personnes qui recherchent d’autres modes de vie
  • Par un travail qui donne les ressources nécessaires à la vie du groupe et à sa solidarité
  • Par un partage de toutes formes d’expériences, de ressources, de compétences, et un partage des risques qui sont ceux de la lutte pour la justice
  • Par un engagement social et politique, fondé sur l’action, dans le but de dénoncer et d’agir contre tous types d’injustice et d’oppression, et de lutter pour un monde juste et humain

 

Les chiffres clés

1949: Première communauté à Neuilly Plaisance – Rencontre entre l’abbé Pierre et Georges Legay.
1954: Insurrection de la bonté – Appel de l’abbé Pierre.
1969: Première assemblée générale du mouvement Emmaüs à Berne (Suisse) et approbation du manifeste.
1971: Première assemblée générale statutaire à Montréal (Canada) et Création de Emmaüs International.

 

Fondation d’Emmaüs

Communauté laïque, c’est un prêtre qui en est le fondateur. En effet, c’est le 1er septembre 1949 que l’abbé Pierre (de son vrai nom Henri Grouès) recueille dans son auberge de Neuilly-Plaisance un homme désespéré et au bord du suicide, Georges Legay. Celui-ci lui demande son aide, mais l’abbé Pierre ne possède rien. Aussi, lui propose-t-il plutôt de consacrer sa vie à aider les autres plutôt que de détruire la sienne. L’homme sera le premier compagnon d’Emmaüs. Ensemble, ils organiseront le mouvement. Rapidement, plusieurs compagnons y prendront part et auront l’idée de récupérer des objets usés pour les revendre. Les fonds serviront alors à la construction d’abris provisoires.

 

Hiver 54 : l’appel de l’abbé Pierre

Le 1er février, l’abbé Pierre, lance un cri d’alarme contre la misère, sur Radio Luxembourg (RTL). Cet appel à « l’insurrection de la bonté » intervient juste après le décès d’une femme, morte de froid dans la rue. Cette année-là, l’hiver est particulièrement rigoureux et s’apprête à faire d’autres victimes. Le fondateur d’Emmaüs incite tous les Français à recueillir les sans-logis chez eux, à donner des couvertures, de la nourriture et du temps afin de sauver la vie de dizaine de milliers de personnes. L’appel est entendu et la France assiste à l’un des plus grands élans de générosité de son histoire. Le mouvement aboutira au vote d’une loi interdisant l’expulsion des locataires en hiver. Quant à Emmaüs, l’association prendra de plus en plus d’ampleur et s’étendra sur le monde entier.

 

Défenseur acharné des droits de l’homme

Prêtre capucin, résistant, député, fondateur d’Emmaüs, l’abbé Pierre a associé son nom aux combats les plus nobles tout au long du XX ème siècle :

  • en faveur de l’objection de conscience
  • contre la faim et pour le commerce équitable
  • pour la démocratie en Afrique
  • et partout dans le monde :
    • contre la pauvreté
    • contre l’exclusion
    • contre le logement indigne

Le parcours de l’abbé Pierre est celui d’un homme libre, fidèle à ses convictions, traduites en actes et en vérité tout au long d’une vie d’amour pour les autres.
En Suisse et à travers le monde, l’abbé Pierre continue d’inspirer ceux qui luttent pour leur dignité et pour l’accès de tous aux droits fondamentaux.
Ainsi en est-il du mouvement laïc Emmaüs, désormais présent dans 37 pays et sur 4 continents.